Photos du Festival Central Vapeur 14 :
expositions

15 expositions à Strasbourg et 1 dans le Très Grand Est. Dans des salles d'expo, des librairies, un cinéma, dans l'espace urbain, et même dans un parking.

Photos prises pendant le Festival Central Vapeur 14 par Alicia Gardès et Pierre Frigeni.

Le Festival Central Vapeur, dédié à l’illustration, au dessin et à la bande dessinée, s’est tenu du 24 avril au 19 mai 2024. Dans le cadre de Strasbourg Capitale mondiale du livre, il fêtait sa quatorzième édition. Retrouvez ici quelques photos d’une partie des expositions programmées, qui ont eu lieu à Strasbourg et dans le Très Grand Est.


DIALOGUE DE DESSINS 14
Violaine Leroy + Raphaelle Macaron

Du 24 avril au 19 mai 2024 / Menuiserie Coop
L’exposition totémique de Central Vapeur a associé sa résidente libanaise de 2023, Raphaelle Macaron, et une de ses figures fondatrices, Violaine Leroy, autour de leur mémoire familiale.

La guerre s’est imposée dans le dialogue entre l’illustratrice libanaise et la strasbourgeoise. Intime ou onirique, en couleur ou noir et blanc, elle se dit ou se crie en vingt dessins créés entre octobre 2023 et mars 2024. Comme l’expérience qu’en ont les artistes, vécue ou par procuration, les dessins contrastent, avec pour fil rouge peut-être, le regard d’une fillette sur les événements.

Une rencontre entre les deux dessinatrices, animée par Fabien Texier et Strasbourg Méditerranée, s’est tenue le soir du vernissage. Le podcast de cette rencontre est à réécouter sur le site de Strasbourg Méditerranée.
Un catalogue du Dialogue, préfacé par Charles Berberian, a été tiré en 200 exemplaires.


LA NATURE DE LA MÉMOIRE
Jesús Cisneros

Du 24 avril au 19 mai 2024 / Menuiserie Coop
Après sa résidence d’automne à Strasbourg, l’illustrateur espagnol Jesús Cisneros exposait de grands formats où la couleur le dispute au noir profond.


L’ORAGE, L’ÉTOILE & LA BRUME
Salomé Garraud

Du 24 avril au 12 mai 2024 / Librairie-galerie L’Oiseau rare
Diplômée en 2021 de la HEAR, Salomé Garraud développe un univers visuel composé d’images oniriques et énigmatiques réalisées pour la plupart au crayon de couleur. La représentation d’une nature idéalisée et fantasmée y prend une grande importance. Cette exposition présentait une sélection de travaux où les végétaux, la mer et surtout le ciel se déclinent, de manière orageuse, étoilée ou brumeuse, et se mêlent aux personnages représentés pour évoquer le temps qui passe, la solitude ou une douce mélancolie.


LE LIERRE ET L’ARAIGNÉE
Grégoire Carlé

Du 24 avril au 31 mai 2024 / Librairie Le Tigre
De ses conversations avec son grand-père, l’auteur – installé à Illkirch et formé à la HEAR dans les années 2000 – a tiré une bande dessinée qui marque déjà le paysage alsacien et au-delà de l’histoire de la Résistance. Le Lierre et l’Araignée raconte la lutte d’un réseau résistant de la région de Strasbourg face à l’annexion et au régime nazi. À travers la figure de son grand-père, Grégoire Carlé offre un récit en image où la nature tient une place prépondérante et auquel les allégories parfois funestes donnent un ton singulier.


HABITER LES CLAIRIÈRES
Nastassia B.

Du 24 avril au 19 mai 2024 / Graffateria – Hôtel Graffalgar
Nastassia B. est une illustratrice autodidacte, née au bord du Danube. L’exposition présentait ses dessins réunis autour de son sujet de prédilection : la pratique du rien. Enfant, on lui a souvent reproché d’être rêveuse, lente et paresseuse. Aujourd’hui elle entend défendre l’oisiveté et la rêverie. Les images de Nastassia B. nous immergent dans un monde au ralenti, dans des clairières intérieures où l’oisiveté s’érige en acte de résistance contre les valeurs productivistes qui s’imposent au cœur de nos existences.